jeune intermittent
Nutrition

Le jeûne intermittent est-il meilleur pour la perte de poids qu’un rééquilibrage alimentaire ?

Depuis quelques années, le jeûne intermittent est de plus en plus populaire parmi les personnes qui cherchent à perdre du poids et de la graisse. Parmi eux certains tentent de développer leur masse musculaire et d’optimiser leur composition corporelle.

Les avantages présumés du jeûne intermittent :

Les partisans de cette approche sont convaincus qu’elle est plus efficace que d’autres formes de diète pour perdre du poids. Et voici un certain nombre d’avantages attribués au jeûne intermittent parmi lesquels il y aurait :

  • Une perte de poids plus importante,
  • Un métabolisme de base plus élevé au repos,
  • Une meilleure conservation de la masse musculaire,
  • Une amélioration de la sensibilité à l’insuline.

Le jeûne intermittent pour maigrir : Vrai ou faux ?

S’il est évident que tous les régimes de perte de poids demandent avant tout un changement de ses habitudes alimentaires, existe-t-il une part de vérité dans les affirmations de mincir ci-dessus ? Et existe-t-il de bonnes preuves scientifiques pour soutenir les bénéfices de perte de poids attribués au jeûne intermittent ?

jus détox
boisson détox

Définition du jeûne intermittent :

Avant d’aller plus loin, regardons rapidement ce qu’est exactement le jeûne intermittent et ce qu’il implique.

Le jeûne intermittent est un mode d’alimentation qui implique des périodes alternées de jeûne. Soit pas d’apport énergétique (restriction calorique) pendant plusieurs heures avec des périodes intermédiaires de prise alimentaire régulière, et ce, de façon récurrente sur le long terme.

On distingue 3 différents types de jeûne intermittent :

  • Le jeûne alterné, qui implique une période de jeûne de 24 heures une ou plusieurs fois par semaine en continuant à manger normalement le reste de la semaine.
  • jeûne partiel : qui implique généralement 1-2 jours par semaine très faibles en calories (environ 25% des besoins énergétiques quotidiens) par semaine, avec les jours restants de la semaine à manger à ses calories de maintenance.
  • Le jeûne avec alimentation à durée limitée dans le temps, qui implique une période de jeûne de 16 à 20 heures et une période d’alimentation de 4 à 8 heures par jour. Par exemple, pour un jeûne 16-8 conventionnel, on pourrait manger seulement entre 10h et 18h. Pour un jeûne 20-4, le droit de manger se résumerait à seulement une fenêtre de 4 heures (par exemple entre 14h et 18h)… Une autre approche du jeûne est la période de Ramadan notamment.

Le jeûne intermittent contre restriction calorique continue

Le jeûne intermittent tend à aller de pair avec la restriction calorique comme vous avez pu le voir dans la définition même du jeûne intermittent et de ses différentes déclinaisons.

Pour le jeûne alterné, par exemple, bien qu’on puisse manger « normalement » le reste de la semaine, pendant ces jours d’alimentation, on a généralement tendance à ne pas manger suffisamment pour compenser le déficit calorique créé les jours de jeûne. Cela a également tendance à se produire avec le jeûne avec alimentation à durée limitée dans le temps, où la plupart des personnes limitent leur fenêtre d’alimentation à quelques heures par jour.

De même, pour le jeûne partiel avec 1 à 2 jours de régime hypocalorique, les jours restants de la semaine en mangeant notre nombre de calories de maintenance, il en résulte également une restriction calorique hebdomadaire et, par conséquent, un déficit énergétique hebdomadaire.

Ce qui est important à retenir ici c’est que le jeûne intermittent est essentiellement, une forme de restriction calorique, sa principale différence par rapport à la restriction calorique «normale» étant que les périodes de jeûne sont plus longues et plus éloignées les unes des autres.

Boire de l’eau pendant les périodes de jeûne est indispensable pour le bien-être de l’organisme mais cela joue également un rôle très important sur la satiété et permet d’éviter les grignotages. Il est à rappeler que lors des périodes d’alimentation, nous devons toujours respecter nos macronutriments (protéines, lipides et glucides)

jeûne intermittent 16/8

Effets du jeûne intermittent sur la perte de poids

De plus, en plus d’études des effets du jeûne intermittent sur la perte de poids ne cessent de sortir.  Cependant la plupart des recherches existantes connaissent un certain nombre de limites et notamment :

  • l’absence de groupes de contrôle pour comparer les résultats,
  • un groupe témoin qui ne contrôle pas les apports caloriques ou protéiques (malgré le fait que les protéines sont beaucoup plus thermogéniques et rassasiantes que les glucides et les graisses)
  • Le groupe « jeûne intermittent » a tendance à manger moins de calories tout en sous-estimant souvent leur apport alimentaire.

Outre les études qui souffrent des limitations ci-dessus, il nous reste un nombre relativement faible d’études qui comparent les effets du jeûne intermittent à une restriction énergétique continue classique, et qui montrent que les deux types de régime aboutissent à des résultats identiques en matière de poids et de réduction de graisse corporelle.

Tout est alors question de choix personnel puisque la finalité entre le jeune intermittent et la diète normale apportent le même résultat s’il y a restriction calorique dans les deux cas. Certaines personnes préféreront le jeune intermittent alors que d’autres resteront sur un rééquilibrage alimentaire normal.

Jeûne intermittent et taux métabolique

Le taux métabolique également appelé métabolisme de base au repos (BMR) représente généralement environ 60-75% de notre dépense énergétique quotidienne totale. Cela signifie qu’il peut facilement déterminer l’équilibre énergétique global et, par conséquent, si un individu va perdre ou prendre de la graisse.

Le métabolisme de base est bien souvent diminué lors d’une restriction calorique notamment à cause de la baisse de l’activité de certaines hormones et notamment la leptine et les hormones thyroïdiennes, mais aussi de l’activité nerveuse sympathique.

Dans l’ensemble, les données disponibles suggèrent que le jeûne intermittent entraîne les mêmes réponses adaptatives que la restriction énergétique continue, au moins pendant les jours d’alimentation.

Regime intermittent

Bien que certaines études montrent une dépense énergétique de repos supérieur lors du jeûne intermittent quand elles sont mesurées les jours de jeûne, du moins à court terme, la plupart des recherches qui ont mesuré la dépense énergétique de repos les jours d’alimentation ont rapporté des réductions semblables à celles qui se produisent avec une restriction calorique continue classique.

Le jeûne intermittent et conservation musculaire

Idéalement, les sèches ou les régimes de perte de poids (rééquilibrage alimentaire) ont pour but une perte de graisse tout en minimisant la perte de muscle. Cela est fait pour maintenir une bonne fonction physique sans réduire son métabolisme de base et ainsi éviter la reprise de poids dans le futur.

Mais en général, une restriction calorique entraîne à la fois une réduction de la masse grasse mais aussi de la masse maigre. Cependant, le pourcentage de perte de masse maigre semble dépendre d’un certain nombre de facteurs, notamment :

  • le taux de masse grasse initial : des niveaux de graisse corporelle plus élevés entrainant généralement des pertes de masse maigre plus importantes de par le degré de déficit calorique plus important.
  • le type d’exercice effectué : avec un entrainement de résistance ou de force on constate une meilleure conservation de la masse musculaire que pour des exercices de types aérobiques qui eux-mêmes entraînent une meilleure conservation de masse maigre par rapport à l’absence d’exercice.
  • l’apport en protéines dans l’alimentation : des apports plus élevés aident à une meilleure conservation de la masse musculaire.

Les partisans du jeûne intermittent affirment…

Les partisans du jeûne intermittent affirment qu’avec ce type d’approche, on observe une meilleure conservation de la masse musculaire. Ainsi qu’une meilleure perte de masse graisseuse de par les niveaux accrus d’hormones de croissance associés à l’état de jeûne, ce qui réduirait le métabolisme des protéines en faveur du métabolisme des acides gras.

Bien qu’il soit vrai que le jeûne provoque une légère augmentation de la sécrétion d’hormone de croissance, il n’y a aucune preuve scientifique concernant les effets du jeûne intermittent par rapport à une restriction calorique continue classique sur la conservation de la masse musculaire.

En résumé, lorsque les variables énumérées ci-dessus (taux de graisse corporelle, degré de déficit calorique, type d’exercice et apport protéique) sont contrôlées, la recherche suggère qu’il n’y a pas de différence significative en termes de perte de masse maigre entre le jeûne intermittent et la restriction énergétique continue.

que manger pendant un jeûne intermittent

Jeûne intermittent et insuline

L’insuline est une hormone naturellement produite dans le pancréas. Elle permet au glucose d’entrer dans les cellules de l’organisme et notamment dans les muscles et tissus adipeux. Le glucose sera alors utilisé comme énergie ou mis en réserve pour une utilisation future.

La résistance à l’insuline est une condition pathologique dans laquelle les cellules ne répondent pas normalement à l’insuline, le surpoids et l’obésité étant des facteurs de risques majeurs pour le développement de la résistance à l’insuline périphérique et hépatique.

Les partisans du jeûne intermittent affirment que ce type de régime entraîne une amélioration de la résistance à l’insuline indépendamment des changements du poids corporel.

Cependant, les études scientifiques effectuées sur les individus en surpoids ou obèses comparant le jeûne intermittent à une restriction énergétique continue classique ont rapporté des résultats variables en ce qui concerne l’amélioration de la sensibilité à l’insuline périphérique et hépatique principalement en fonction du sexe.

Besoin d’un suivi nutritionnel ?
Conclusion

Le jeûne intermittent et la restriction énergétique continue classique entraînent tous deux une perte de poids et de graisse identique lorsque les apports en calories et en protéines sont contrôlés dans chaque groupe.

Dans la plupart des études scientifiques, lorsque l’on mesure les jours d’alimentation, la diminution du métabolisme de base au repos est similaire pour les deux approches (jeûne intermittent ou restriction calorique continue).

Lorsque l’on contrôle les taux initiaux de graisse corporelle, le degré de déficit calorique, l’intensité, le type d’exercice, et l’apport protéique global, il n’y a pas de différence significative en matière de perte de masse musculaire.

Dans les études comparant le jeûne intermittent à une restriction énergétique continue ou conçues pour s’assurer qu’il n’y avait pas de déficit énergétique global ou de perte de poids, des résultats variables concernant l’amélioration de la sensibilité à l’insuline ont été rapportés.

le jeûne intermittent

Ce qui est également clairement évident, c’est qu’il est nécessaire de faire des recherches plus poussées comparant les résultats à long terme du jeûne intermittent et de la restriction énergétique continue afin d’établir les bénéfices réels de ce premier pour contrôler le poids corporel et améliorer la santé métabolique chez l’homme.

Tout est question de savoir avec quel régime, nous nous sentons mieux. Et pour cela, il faut tester les deux un certain nombre de semaines pour se faire une idée et décider. Suivre un jeûne intermittent s’avère un poil compliqué lorsque l’on a une vie sociale bien rempli ou une famille qui ne suit pas le même régime. Mais dès lors que vous aurez fait votre expérience, vous adopterez celui qui vous convient le mieux.


Références :

Aksungar, F. B., Sarikaya, M., Coskun, A., Serteser, M., & Unsal, I. (2017). Comparison of intermittent fasting versus caloric restriction in obese subjects: A two year follow-up. The journal of nutrition, health & aging, 21(6), 681-685.

Mattson, M. P., Longo, V. D., & Harvie, M. (2017). Impact of intermittent fasting on health and disease processes. Ageing research reviews, 39, 46-58.

Golbidi, S., Daiber, A., Korac, B., Li, H., Essop, M. F., & Laher, I. (2017). Health Benefits of Fasting and Caloric Restriction. Current diabetes reports, 17(12), 123.

Johnstone, A. (2015). Fasting for weight loss: an effective strategy or latest dieting trend?. International Journal of Obesity, 39(5), 727.

Klempel, M. C., Kroeger, C. M., Bhutani, S., Trepanowski, J. F., & Varady, K. A. (2012). Intermittent fasting combined with calorie restriction is effective for weight loss and cardio-protection in obese women. Nutrition journal, 11(1), 98.

Stanford Medecine – Scope – Jennifer Huber. Intermittent fasting: Fad or science-based diet?  (page consultée le 4 avril 2018)

Extenso. Le jeûne intermittent pour mieux contrôler le diabète (page consultée le 4 avril 2018)

The Washington Post. Despite the hype, intermittent fasting isn’t a magic weight loss cure. (page consultée LE 4 AVRIL 2018)

Muscle for life – Michael Matthews. How Insulin Really Works: It Causes Fat Storage…But Doesn’t Make You Fat. (page consultée le 4 avril 2018)

Soenen, S., Martens, E.A., Hochstenbach-Waelen, A., Lemmens, S.G., Westerterp-Plantenga, M.S., 2013. Normal protein intake is required for body weight loss and weight maintenance: and elevated protein intake for additional preservation of resting energy expenditure and fat free mass. J. Nutr. 143, 591–596.

Chaston, T.B.; Dixon, J.B.; O’Brien, P.E. Changes in fat-free mass during significant weight loss: A systematic review. Int. J. Obes. 2007, 31, 743–750.

Ho, K., Veldhuis, J., Johnson, M., Furlanetto, R., Evans, W., Alberti, K. and Thorner, M. (1988). Fasting enhances growth hormone secretion and amplifies the complex rhythms of growth hormone secretion in man. Journal of Clinical Investigation, 81(4), pp.968-975.

Harvie, M.; Wright, C.; Pegington, M.; McMullan, D.; Mitchell, E.; Martin, B.; Cutler, R.G.; Evans, G.; Whiteside, S.; Maudsley, S.; et al. The effect of intermittent energy and carbohydrate restriction v. daily energy restriction on weight loss and metabolic disease risk markers in overweight women. Br. J. Nutr. 2013, 110, 1534–1547.

Wilcox, G. Insulin and insulin resistance. Clin. Biochem. Rev. 2005, 26, 19–39.

Halberg, N.; Henriksen, M.; Soderhamn, N.; Stallknecht, B.; Ploug, T.; Schjerling, P.; Dela, F. Effect of intermittent fasting and refeeding on insulin action in healthy men. J. Appl. Physiol. 2005, 99, 2128–2136.

Heilbronn, L.K.; Civitarese, A.E.; Bogacka, I.; Smith, S.R.; Hulver, M.; Ravussin, E. Glucose tolerance and skeletal muscle gene expression in response to alternate day fasting. Obes. Res. 2005, 13, 574–581.


Autres articles à lire :

Quelle est l’importance de l’index glycémique en musculation ?

Les avantages des oléagineux en musculation

10 conseils pour ne jamais avoir faim en sèche

Zoom sur les macronutriments et micronutriments

A lire également

5 Comments

  1. bonjour julien, sa tombe bien que tu fasses un article sur le jeûne intermittent, car mon mari et moi même nous pratiquons le jeûne intermittent avec alimentation à durée limitée dans le temps depuis à peu près 2 mois, on arrive à perdre un peu de poids car ils nous reste pas grand chose à perdre ou a stabiliser notre poids.
    Dimanche(20 mai 2018), je suis restée 22 heures sans rien manger, pour ma part, je ne recommencerai pas aussi long, (16-17 heures me convient mieux), car j’ai trop puissé dans mes ressource, ce qui a fait, que je suis fatiguée depuis 2 jour. Sinon, pour ma part, s’a été dure la première semaine et maintenant sa se passe très bien, d’ailleurs si je mange trop le week-end, je ne suis pas bien. Voilà, j’espère que notre vécu pourras t’aider.
    Sylviane et Jean-Noël

  2. Hello,

    Étant un scientifique, je ne peux qu’apprécier la qualité de ton article 🙂 bien rédigé, bien résumé et bien référencé ! Merci pour cet article.
    Je préfèrerais la sèche continue plutôt que de m’infliger des journées de souffrance lol.
    Bonne continuation et j’espère que ton dos va mieux.
    Steven

  3. Bonjour Julien,
    Merci pour cet article bien explicite. Pour ma part, il m’arrive le week-end de pratiquer le jeune intermittent afin de réduire mes calories. Mais ces matins là, je réalise des activités plutôt calme voir rien du tout donc ce n’est pas dérangeant. Il y a une influenceuse qui avait essayé pendant plusieurs mois. Au début ça allait plutôt bien et après son corps était devenu paresseux et elle n’allait plus au toilettes aussi souvent. Pas très glamour! Mais bon c’était son ressenti. Elle a donc arrêté.
    Et toi t’arrive t-il de jeûner?
    Laura

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *