À gauche, Momo Benaziza en train de poser torse nu. À droite, un portrait du bodybuilder algérien.

Qui était Momo Benaziza ?

Momo Benaziza était un bodybuilder algérien au physique incroyable. Du haut de ses 1,58 mètre, celui que l’on surnommait « The Giant Killer » a dû faire preuve d’une détermination sans faille pour percer dans l’univers très fermé du culturisme. Malheureusement décédé très jeune, à tout juste 32 ans, cet athlète a incontestablement marqué l’histoire de son sport et fait briller l’Algérie aux yeux du monde.

Momo Benaziza : un physique hors du commun

Les mensurations de Momo Benaziza sont absolument extraordinaires. Il mesurait 158 centimètres seulement et pouvait peser jusqu’à 95 kilos hors saison.

En période de compétition, il affichait fièrement ses 87 kilos de muscles saillants.

Plus petit que Franco Columbu, un autre grand champion, Momo Benaziza possédait un physique unique pour sa taille.

Doté d’une génétique fantastique, le culturiste algérien a certainement dû travailler plus dur que les autres athlètes pour atteindre les sommets. Pour rivaliser avec les bodybuilders de son époque, Momo Benaziza s’entraînait sans relâche et s’astreignait à une diète particulièrement stricte.

Toujours ultra sec lors des concours, le bodybuilder s’appuyait sur de nombreux points forts :

  • un dos sensationnel,
  • des biceps énormes,
  • des épaules massives,
  • des quadriceps extrêmement développés.
Momo Benaziza en train de faire du posing de dos lors d
La musculature du dos de Momo Benaziza était l’un de ses grands points forts.

Il se dit que c’est Joe Weider en personne qui aurait attribué à Momo Benaziza son surnom de « Giant Killer » (littéralement « le tueur de géants » en français). Comme tant d’autres avant lui, le père du bodybuilding était impressionné par le fait que Momo Benaziza parvienne à concurrencer des culturistes bien plus massifs que lui, malgré sa petite taille.

Momo Benaziza a d’ailleurs été une source d’inspiration pour de nombreux champions.

6 athlètes sont sur scène lors d
Malgré la différence de taille avec les autres athlètes, Mohamed Benaziza (4e en partant de la gauche) a marqué l’histoire de son sport.

Récemment, c’est le bodybuilder Dorian Yates, couronné Mr. Olympia à 6 reprises entre 1992 et 1997, qui confia avoir pris l’Algérien comme modèle. Battu à ses débuts par Momo Benaziza lors de la Nuit des Champions (1990), le Britannique avait été impressionné par ses dorsaux massifs. Il avait alors affiché des photos de la musculature de Momo Benaziza chez lui et dans sa salle d’entraînement pour se motiver à atteindre le même résultat.

Un parcours de champion

Mohamed Benaziza, dit Momo, est né en 1959 à Tlemcen, une ville située au nord de l’Algérie.

À son arrivée en France, il a commencé par jouer au football avant de découvrir la musculation. Il pèse alors 50 kilos, bien loin des 95 affichés en dehors des concours quelques années plus tard.

Il s’est finalement pris de passion pour la fonte. Car s’il y en a bien un qui était passionné par ce qu’il faisait, c’était bien Momo Benaziza.

Très rapidement, le bodybuilder algérien a débuté la compétition. En septembre 1987, il devient champion du monde amateur (catégorie des moins de 75 kg) à Madrid, après avoir participé à deux compétitions seulement.

Cet exploit retentissant lui ouvre la voie du monde professionnel. Athlète désormais reconnu, il finit à la 11e place de Mr. Olympia l’année suivante, puis 5e en 1989.

1990 est l’année de la consécration pour Momo Benaziza. Pour sa toute première participation, il finit vainqueur de la Nuit des Champions à New York, devant Dorian Yates. Il remporte également de nombreux Grands Prix IFBB en Italie, en Allemagne, en France, en Finlande et en Angleterre.

Le passage sur scène de Momo Benaziza lors de l’Arnold Classic en 1992.

Vivant à Vénissieux, près de Lyon, Momo Benaziza est devenu une véritable légende du bodybuilding. Il voyageait souvent en Californie pour préparer ses compétitions.

Toutes les personnes l’ayant croisé sont unanimes. Mohamed Benaziza était d’une gentillesse extrême. Toujours prompt à partager sa passion, il a gagné le respect de ses pairs grâce à son opiniâtreté.

Le tragique décès de Mohamed Benaziza

En 1992, alors qu’il venait de terminer premier d’un concours aux Pays-Bas, Momo Benaziza fit un malaise. Il fut retrouvé sans vie quelques heures plus tard dans sa chambre d’hôtel. Il n’avait que 32 ans.

Ce décès soudain a bouleversé le microcosme du bodybuilding.

Certains ont avancé que ce décès avait été causé par la prise de stéroïdes anabolisants. Mais cela n’a jamais été prouvé.

En réalité, la cause du décès de Momo Benaziza est tout autre. En effet, il aurait succombé à une insuffisance cardiaque causée par une consommation excessive de produits diurétiques.

En culturisme, les diurétiques permettent d’éliminer l’eau du corps pour exhiber des muscles secs et dessinés lors des concours. Malheureusement, certains de ces produits peuvent être dangereux pour la santé.

Momo Benaziza sur un podium, déclaré vainqueur d
Par son talent et sa persévérance, Momo Benaziza a gagné le respect dans le monde du bodybuilding (ici avec Joe Weider).

L’entraînement et la diète de Momo Benaziza

Momo Benaziza s’entraîna longtemps sous les ordres de Gérard Buinoud, un mythe du culturisme français, connu pour ses méthodes intensives.

Lors de ses séances de musculation quotidiennes, Mohamed Benaziza faisait beaucoup de volume. Il travaillait très souvent jusqu’à l’échec pour optimiser sa croissance musculaire.

Pour rendre les entraînements plus intenses, il ne prenait que quelques secondes de temps de repos entre les séries.

Mohamed Benaziza en train de faire du développé couché aux haltères à la salle de musculation.
Véritable bourreau de travail, Momo Benaziza passait de nombreuses heures chaque semaine à la salle de musculation.

La semaine d’entraînement de Momo Benaziza s’articulait de la manière suivante :

  • lundi : entraînement des jambes
  • mardi : entraînement des pectoraux et des bras
  • mercredi : entraînement des épaules et du dos
  • jeudi : entraînement des jambes
  • vendredi : entraînement des pectoraux et des bras
  • samedi : entraînement des épaules et du dos
  • dimanche : repos

Côté nutrition, Momo Benaziza avait mis en place une diète riche en protéines et faible en glucides. Dans son assiette, une journée type ressemblait à cela :

  • repas 1 : 150 grammes de flocons d’avoine, avec 6 œufs entiers et des fruits frais
  • repas 2 : 250 grammes de viande rouge maigre avec des pommes de terre et des légumes
  • repas 3 : 250 grammes de poulet avec du riz
  • repas 4 : 250 grammes de poulet avec des pommes de terre et des légumes
  • repas 5 : 250 grammes de poisson avec des légumes

Conclusion

Momo Benaziza a écrit certaines des plus belles pages de l’histoire du bodybuilding professionnel. Même dans son entourage le plus proche, peu de personnes auraient parié que ce petit bonhomme de 50 kilos puisse réaliser une telle carrière de culturiste. Il est la preuve qu’avec de la volonté et de la persévérance, il est possible de déplacer des montagnes.

Partager sur :

Sur le meme sujet que : Qui était Momo Benaziza ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.