Le bodybuilder Steve Reeves en train de poser torse nu.

Qui était Steve Reeves ?

Des années avant Arnold Schwarzenegger, Steve Reeves fut le premier bodybuilder à connaître une carrière dans l’univers du cinéma. Doté d’un physique hors du commun, l’athlète américain a notamment remporté le titre de Mr. Univers en 1950 et servi de modèle pour une génération entière de culturistes. Découvrez son histoire à la fois passionnante et inspirante.

Steve Reeves, une vie hors du commun

De son nom complet Stephen Lester Reeves, Steve Reeves a vu le jour en 1926 dans le nord des États-Unis, à Glasgow (Montana).

Ses parents travaillent alors à la ferme. Mais il perdit son père à tout juste 10 ans, dans un accident de travail. Après ce tragique événement, sa mère décida de prendre un nouveau départ. La petite famille déménagea à plus de 2 000 kilomètres de là, à Oakland en Californie.

C’est dans la baie de San Francisco que Steve Reeves débuta réellement son incroyable parcours.

Très jeune, sa mère l’obligea à porter un appareil orthopédique pour corriger une posture marquée par des épaules tombant vers l’avant. Petit à petit, il adopta ainsi une excellente posture qu’il conserva en grandissant.

Le véritable tournant arriva quelque temps plus tard à l’école, lors d’un anodin bras de fer avec un camarade plus petit que lui. Steve Reeves fut battu et découvrit que son adversaire du jour faisait de la musculation. Il décida lui aussi de se lancer dans une pratique sportive qui occupa pleinement le reste de sa vie.

Il fut rapidement repéré par Ed Yarick, un propriétaire d’une salle de musculation locale. Ce dernier le prit sous son aile pour l’entraîner. Mais la progression de Steve Reeves fut stoppée par la Seconde Guerre mondiale, durant laquelle il fut envoyé aux Philippines et au Japon.

Steve Reeves en tenue militaire lors de Seconde Guerre mondiale.
Steve Reeves s’est engagé dans l’armée des États-Unis lors de la Seconde Guerre mondiale.

À son retour en Californie après la guerre, il reprit son entraînement de musculation et se forgea un physique de bodybuilder. Il participa à sa première compétition de culturisme en 1946.

Il entama également une carrière dans l’univers cinématographique, avant de se blesser gravement à l’épaule.

Steve Reeves décéda d’un cancer du système immunitaire en 2000, alors qu’il avait 74 ans.

Une carrière de bodybuilder courte, mais réussie

Entraînement après entraînement, Steve Reeves s’est construit un physique symétrique frôlant la perfection. Ses muscles secs et proportionnés ont longtemps été une référence pour de nombreux athlètes.

Du haut de ses 186 centimètres pour 98 kilogrammes, les mensurations de Steve Reeves étaient de :

  • 60 centimètres de largeur d’épaules,
  • 46 centimètres de tour de cou,
  • 132 centimètres de tour de poitrine,
  • 73,6 centimètres de tour de taille,
  • 46 centimètres de tour de bras,
  • 66 centimètres de tour de cuisses,
  • 46 centimètres de tour de mollets.

Selon la Weider Encyclopédie, la bible du bodybuilding, un physique idéal repose sur des tours de cou, de bras et de mollets identiques. Avec 46 centimètres pour chacune de ces trois mesures, Steve Reeves entrait pleinement dans les standards esthétiques du bodybuilding.

La carrière de bodybuilder de Steve Reeves ne dura que 5 ans. Il remporta sa première compétition, Mr. Pacific Coast, dès 1946. Il gagna deux nouveaux titres l’année suivante, avec Mr. Western America et Mr. America. En 1948, il emporta Mr. World et termina sur la deuxième marche du podium de Mr. USA et de Mr. Univers.

La consécration arriva en 1950, avec le titre de Mr. Univers. Il y devança une autre légende du bodybuilding mondial, le Britannique Reg Park.

Steve Reeves pose après une victoire à une compétition de bodybuilding.
Steve Reeves lors de son titre Mr. Pacific Coast, en 1946.

De nombreux rôles au cinéma

Le physique exceptionnel de Steve Reeves lui ouvrit les portes du monde du cinéma dans les années 1950. Avant de se lancer, il prit des cours à New York pour devenir comédien.

À Hollywood, le néo-acteur américain obtint d’abord des petits rôles, aussi bien au cinéma qu’à la télévision.

Il enfila notamment le costume du lieutenant Bob Lawrence dans Jail Bait, un film policier réalisé par Ed Wood, avant de donner la réplique à Jane Powell dans Athena de Richard Thorpe.

Il fut alors remarqué par Pietro Francisci. Le réalisateur italien emmena le bodybuilder en Europe pour le faire jouer dans Les Travaux d’Hercule. Dans le rôle d’Hercule, Steve Reeves brilla notamment grâce à son physique digne d’un super-héros. Sorti en 1958, ce film rencontra un franc succès auprès du grand public.

Steve Reeves dans le rôle d’Hercule au cinéma.

Parmi ses rôles marquants, il incarna également le pirate Captain Morgan en 1960. Au total, la filmographie de Steve Reeves compte près de 20 apparitions entre 1954 et 1969. Il fut l’un des acteurs les mieux payés de sa génération, avec l’actrice italienne Sophia Loren.

Victime d’une grave blessure à l’épaule suite à un accident sur le tournage du film Les Derniers Jours de Pompéi, Steve Reeves mit précocement un terme à ses carrières d’acteur et de bodybuilder. Il se consacra alors pleinement à deux autres passions :

  • la promotion du culturisme propre,
  • l’élevage de chevaux dans son ranch.

L’héritage de Steve Reeves

Steve Reeves a été un pionnier dans l’industrie du fitness. Par son travail, sa volonté et sa force de caractère, il montra la voie à de nombreux athlètes en prouvant que tout était possible. Ses succès sportifs et cinématographiques ont fait de lui une idole et un symbole de réussite.

De par son histoire, Steve Reeves a inspiré toute une génération de bodybuilders, de Lou Ferrigno à Sylvester Stallone, en passant par Serge Nubret et Arnold Schwarzenegger.

D’ailleurs, ce dernier ne tarissait pas d’éloges au moment du décès de Steve Reeves. Si Arnold a connu une aussi brillante carrière dans le culturisme et au cinéma, nul doute que le parcours de Steve Reeves n’y a pas été étranger. Plus jeune, alors qu’il vivait encore en Autriche, Schwarzenegger considérait Reeves comme un véritable héros.

À sa retraite, Steve Reeves a consacré une large partie de son temps à œuvrer pour un bodybuilding propre. En se souciant du bien-être des athlètes et en luttant contre la prise de drogues et de stéroïdes, il a laissé une empreinte indélébile sur ce sport. Il avait d’ailleurs interpellé Schwarzenegger dans une lettre ouverte, en lui demandant de l’aide pour réussir cette mission.

L’entraînement de Steve Reeves

Des méthodes d’entraînement innovantes

À une époque où le bodybuilding n’en était qu’à ses balbutiements, Steve Reeves a incontestablement posé les premiers jalons de ce qui allait devenir un immense empire.

Outre son riche parcours, il a aussi mis en place des méthodes d’entraînement encore utilisées aujourd’hui.

Steve Reeves réalise l
En musculation, Steve Reeves adoptait la méthode du full body.

Par exemple, le bodybuilder américain accordait une importance toute particulière à l’exécution des mouvements, au tempo et à la respiration.

En règle générale, il n’effectuait que trois séances de musculation par semaine. Il estimait que la récupération physique était la clé du développement musculaire. Lors de ses jours de repos, il en profitait pour faire de la marche sportive, entre 1,5 et 5 kilomètres par sortie.

Pour optimiser sa croissance musculaire, Steve Reeves s’entraînait en full-body. Il terminait toujours ses séances par les exercices de musculation ciblant les jambes (squat, soulevé de terre, fentes, etc.) de manière à garder de l’énergie tout au long de l’entraînement.

Côté alimentation, Steve avait sa routine bien à lui. Loin des régimes parfois complexes de notre époque, il se contentait de 3 repas par jour pour atteindre son quota de calories et veillait à une répartition équilibrée des macronutriments :

  • 60 % de glucides,
  • 20 % de protéines,
  • 20 % de lipides.

Pour maintenir un physique sec et musclé, il basait sa diète sur la consommation de produits non transformés tels que les œufs, les fruits et les légumes.

Le programme d’entraînement de Steve Reeves

Le programme de musculation de Steve Reeves était composé de trois séances par semaine, avec généralement 3 séries par exercice et 45 secondes de repos. Chaque entraînement vise à solliciter les différents muscles du corps : épaules, pectoraux, dos, biceps, triceps, quadriceps, ischio-jambiers, mollets et abdominaux.

Séance 1 :

  • Développé militaire : 3 x 8-12 répétitions
  • Développé couché : 3 x 8-12 répétitions
  • Rowing buste penché : 3 x 8-12 répétitions
  • Curls biceps : 3 x 8-12 répétitions
  • Extensions triceps : 3 x 8-12 répétitions
  • Squats : 3 x 8-12 répétitions
  • Extensions mollets debout : 3 x 20-25 répétitions
  • Soulevé de terre : 3 x 8-12 répétitions
  • Crunchs : 3 x 20-25 répétitions

Séance 2 :

  • Développé aux haltères : 3 x 8-12 répétitions
  • Dips : 3 x 8-12 répétitions
  • Tractions : 3 x 8-12 répétitions
  • Curls biceps : 3 x 8-12 répétitions
  • Développé couché prise serrée : 3 x 8-12 répétitions
  • Squats : 3 x 8-12 répétitions
  • Extensions mollets assis : 3 x 20-25 répétitions
  • Extensions au banc à lombaires : 3 x 20-25 répétitions
  • Relevé de jambes : 3 x 20-25 répétitions

Séance 3 :

  • Rowing menton : 3 x 8-12 répétitions
  • Développé incliné : 3 x 8-12 répétitions
  • Tirage bûcheron : 3 x 8-12 répétitions
  • Curls concentrés avec haltère : 3 x 8-12 répétitions
  • Barre au front : 3 x 8-12 répétitions
  • Fentes avec haltères : 3 x 8-12 répétitions
  • Extensions mollets debout : 3 x 20-25 répétitions
  • Soulevé de terre : 3 x 8-12 répétitions
  • Crunchs : 3 x 20-25 répétitions

Conclusion

Steve Reeves était une véritable légende du bodybuilding. À force de travail et de sacrifices, il s’est construit un physique exceptionnel qui lui a ouvert les portes du cinéma. Adepte d’un culturisme propre, Mister Univers 1950 a marqué l’histoire de son sport, et bien plus encore.

Partager sur :

Sur le meme sujet que : Qui était Steve Reeves ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.