miel musculation
|

LES BIENFAITS DU MIEL EN MUSCULATION : TOUR D’HORIZON DE SES VERTUS

Je suis de la couleur de l’or, sucré et apprécié depuis la nuit des temps, on m’utilise à des fins gourmandes, mais aussi thérapeutiques ou encore antiseptiques. Mon indice glycémique est faible et je fais le bonheur des sportifs, je suis ? Le miel, bien sûr ! Maintenant que vous avez la réponse, découvrons ensemble les bienfaits du miel en sport et ses nombreuses vertus millénaires : ce qu’il peut nous apporter pour la pratique de la musculation, ses composantes, ses variantes, etc. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, savez-vous comment les abeilles fabriquent le miel ?

Le miel et les abeilles

Organisation quasi militaire, le monde des abeilles est, pour le moins qu’on puisse dire, structuré ! La reine, en tant que cheffe des troupes, sera chargée de la pérennité et de la cohésion de la colonie. Pour les autres, pas de routine : elles occuperont des postes différents au cours de leur vie. Elles seront tour à tour nettoyeuses, butineuses, nourrices, gardiennes, etc.
À l’intérieur ou à l’extérieur de la ruche, pas le temps de s’ennuyer. Les butineuses sont chargées de récolter le nectar des fleurs. Une fois de retour, les receveuses entrent en action. Elles font passer leur précieuse récolte d’une ouvrière à l’autre, modifiant par la même occasion le saccharose d’origine. Je vous passe les détails, mais pour faire simple, une de leurs enzymes va permettre d’éviter le développement de bactéries et une autre protégera le miel tout au long de sa maturation. Le nectar sera ensuite déposé dans la chaleur environnante des alvéoles. Les ouvrières ventileuses, chargées de constamment aérer l’endroit, permettront à l’humidité de s’évaporer jusqu’à ce qu’il n’en reste que 20 % environ. Une fois le miel jugé suffisamment sec, les abeilles fermeront les alvéoles à l’aide d’opercules imperméables. Ainsi protégé des agressions extérieures (air et humidité), il pourra tranquillement continuer à maturer.
Au moment importun, l’apiculteur récoltera le miel. Il retirera tout d’abord la couche de cire protectrice puis fera sortir le miel des alvéoles. Avant de le filtrer puis de le mettre en pot, il laissera encore le miel maturer, de sorte que les dernières impuretés et traces de cire remontent à la surface.

Le pouvoir cicatrisant du miel

Connaissez-vous le professeur Descottes ? Éminent chef du service de chirurgie viscérale et transplantations du CHU de Limoges, il est connu pour avoir démontré que sur certaines plaies complexes, le résultat obtenu avec du miel était plus rapide qu’avec un produit antiseptique. Des propriétés antibactériennes donc, mais aussi antiseptiques et anti-inflammatoires rendues possibles grâce au miel de thym et de lavande, mais surtout grâce à ses recherches et études cliniques initiées dans les années 90.
Plus d’une décennie après sa mort, le CHU de Limoges (et plus particulièrement les services de chirurgie digestive, orthopédie et traumato, gynécologie et obstétrique, réanimation) continue de consommer plusieurs kilos par an en se fournissant pour le tiers auprès d’un apiculteur de l’Hérault. Alors bien sûr cette tradition millénaire remise au goût du jour ne fonctionne pas toujours à la façon d’un produit miracle, mais elle a permis de redonner espoir à de nombreux patients. Si cela vous intéresse, je vous invite à lire l’histoire du journaliste et sportif Antoine Bonfils.

Mentions du miel dans l’Histoire

Le miel, un antiseptique naturel

Je viens de vous parler de son pouvoir cicatrisant, mais il faut savoir que le miel est également un excellent antiseptique. Lorsque vous avez une forte toux ou un mal de gorge par exemple, n’hésitez pas à prendre une cuillère de miel. Pur ou mélangé à de l’eau chaude et du citron, ce remède de grand-mère vous permettra de passer une nuit sereine. L’effet sera également bénéfique sur votre estomac et votre système digestif.
Grâce à ses propriétés antibactériennes et antifongiques, vous pouvez aussi l’utiliser en cas de coupures ou d’écorchures. Si vous n’avez plus de spray dans votre pharmacie, n’hésitez pas à l’appliquer sur votre blessure. Riche en antioxydants, vitamines et autres minéraux, le miel et plus particulièrement le miel de thym est également efficace pour réduire l’acné et renforcer votre système immunitaire. Combiné à du bicarbonate de soude, du curcuma ou encore de la cannelle, il est très un parfait allié pour atténuer les boutons rouges et détruire les kystes. Il traite mais en parallèle, il nourrit et hydrate la peau.
Des chercheurs espagnols et italiens ont également mis en lumière l’action inhibitrice du miel d’arbousier contre la prolifération de cellules cancéreuses du côlon.

Les bienfaits du miel sur le corps

Les miels ont autant de caractéristiques distinctes qu’il en existe de sortes différentes. Faisons un petit tour d’horizon :

  • miel d’eucalyptus : très sucré, peu acide, au goût il peut rappeler le caramel. Idéal pour les quintes de toux, purifier les voies respiratoires, soigner les infections urinaires ou encore les palpitations chez les femmes ménopausées ;
  • miel de citronnier : doux, fruité et délicatement acidulé, il est doté d’un pouvoir purificateur et fortifiant pour renforcer l’organisme ;
  • miel de châtaignier : plus corsé, amer et très acide, il est idéal pour lutter contre la fatigue, améliorer le fonctionnement du foie et de l’estomac ;
  • miel d’acacia : recommandé pour les enfants pour son goût très doux et son arôme délicat, il est excellent pour la digestion, les intestins et le foie ;
  • miel de tilleul : saveur sucrée, mentholée et parfois légèrement amère, à prendre en cas troubles du sommeil ou d’anxiété et en cas de migraine ;
  • miel de thym : légèrement acidulé, il est loué pour ses pouvoirs purifiant, antiseptique et cicatrisant ;
  • miel de lavande : onctueux et savoureux, il est antirhumatismal, antispasmodique et efficace en cas d’insomnie ;
  • miel de sapin : miel très rare, doux et sans amertume, il est très riche en oligoéléments et efficace en cas de fatigue et d’anémie ;
  • miel d’oranger : délicat et fruité, il aide à calmer insomnies, migraines, stress, etc,.

Évidemment, je pourrais en citer d’autres mais avec cette liste, vous avez de quoi faire ! En fonction de ce que butinent les abeilles, les saveurs seront différentes. Surtout, vérifiez leur provenance, car tous les miels ne se valent pas. Privilégiez les petits producteurs si vous le pouvez, le goût et la qualité de leur production sont incomparables.

miel et musculation
Abeille butineuse

Pourquoi consommer du miel en sport ?

Outre le parfum, l’indice glycémique (IG sur les étiquettes ou emballages) est un facteur de choix. Choisissez votre miel en fonction de vos carences et de votre métabolisme. Je vous en parle régulièrement, votre diète est primordiale. Connaître l’indice glycémique d’un aliment, c’est avoir une indication sur sa capacité à augmenter votre glycémie, c’est-à-dire la concentration de glucose (le sucre si vous préférez) dans votre sang. Alors oui, le glucose est important, car il permet à votre organisme de bien fonctionner et de fournir de l’énergie. Il est en quelque sorte le carburant de notre corps.
Dans la composition du miel, on trouvera des sucres rapides (glucose), mais également des sucres lents (fructose). Le fructose en passant plus lentement dans le sang permet de reconstituer des réserves en glycogène et ainsi d’éviter le fameux coup de barre.
Pour un sportif d’endurance, il est essentiel de maîtriser les IG des aliments. En effet, ce savoir permet de mieux gérer l’apport énergétique avant, pendant et après l’effort. Pendant les repas et avant une compétition par exemple, des aliments à l’IG faible permettront de charger les batteries de façon à être au maximum de ses capacités. Après l’effort ou en phase de récupération, c’est l’inverse : il faudra consommer des aliments avec un IG moyen ou élevé pour créer un apport rapide. Concernant les miels, ceux qui ont l’apport le plus faible en glycémie sont le tilleul (chauffé à 38 degrés maximum), l’acacia, le bruyère et le miel de châtaignier.

Miel et musculation : ce qu’il faut savoir

Pour les adeptes de la musculation, la préparation physique propre à l’effort ou à la compétition n’est pas exactement la même que pour les sports d’endurance comme le marathon ou le trail. L’effort va être plus court et plus violent. Le corps doit donc être en mesure d’y répondre si l’on veut éviter les blessures. Âge, sexe, type d’activité ou encore niveau de pratique sont des paramètres qui entrent en ligne de compte et font que l’organisme ne réagira pas de la même façon et que les dépenses énergétiques peuvent passer du simple au triple !
Lorsque les réserves de glycogène (la molécule qui stocke l’énergie) sont vides, il faut les reconstituer, notamment avec du glucose… présent en quantité dans le miel. C’est en cela que le miel est une source énergétique efficace, car il permet de faire remonter l’insuline rapidement et favoriser l’anabolisme. En prenant une cuillère d’un miel de préférence avec un IG élevé, vous récupérerez plus rapidement.
Certains sportifs font le choix de consommer du vitargo car sa vitesse d’absorption a des effets supérieurs à la maltodextrine ou le dextrose. Attention, encore une fois, j’attire votre attention sur le fait que ces conseils ne s’appliquent pas forcément à tous. par exemple, les personnes diabétiques doivent contrôler leur taux de glycémie et faire l’objet d’un suivi médical.

Voilà, j’espère que vous avez apprécié d’en apprendre un peu plus le sujet. J’ai évoqué les vertus médicinales du miel, leurs bienfaits sur le corps, les différentes sortes de miel. J’aurais pu aborder son efficacité pour les soins de beauté, mais ma femme serait mieux placée que moi pour en parler ;o) Je conclurais donc en vous disant de ne pas vous priver de cet allié précieux, 100 % naturel. Intégrez-le dans votre routine alimentaire, votre skyr n’en sera que meilleur.

Partager sur :

Sur le meme sujet que : LES BIENFAITS DU MIEL EN MUSCULATION : TOUR D’HORIZON DE SES VERTUS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *