preparation mentale du sportif
|

PRÉPARATION MENTALE : QUELLE VALEUR AJOUTÉE POUR UN SPORTIF

« C’est grâce à son mental d’acier qu’il a gagné ! » « Elle sait vraiment gérer son stress ! » Combien de fois avez-vous entendu ce genre de phrases, à propos d’un athlète qui venait de remporter une épreuve ou un concours ? Souvent, j’imagine. Et pour cause, la préparation mentale est l’un des piliers de la réussite, au même niveau que la préparation physique. Qu’est-ce que c’est exactement, pourquoi l’utiliser, comment faire pour travailler son mental, surtout lorsque l’on est sportif. Focus sur une étape de l’entraînement, à ne surtout pas négliger.

Qu’est-ce que la préparation mentale ?

Ne vous êtes-vous jamais demandé ce qu’avait en commun des sportifs comme Michael Phelps, Serena Williams ou encore Ronnie Coleman ? Pourquoi ont-ils gagné, alors que chacun dans leur discipline, avait de prestigieux adversaires ? À quoi cela tenait-il ? À presque rien, comme on le croit souvent, mais un presque rien qui fait, malgré tout, toute la différence lors de la compétition : une force physique incontestable doublée d’une préparation mentale optimale.
Pour expliquer ce qu’est la préparation mentale, reprenons les propos de Jean Fournier, président de la Société Française de Psychologie du Sport depuis 2017. Connu et reconnu, pour avoir notamment travaillé pendant 20 ans en préparation mentale avec différents athlètes et entraîneurs olympiques, et avec la FFG (Fédération Française de Golf), il définit la préparation mentale comme suit :
« Il s’agit d’une préparation à la compétition par un apprentissage d’habiletés mentales et d’habiletés d’organisations. Le but principal est d’optimiser la performance personnelle de l’athlète. Pour ce faire, il convient, selon nous, d’aider l’athlète à réunir en compétition les conditions optimales de performance, tout en promouvant le plaisir de sa pratique et en favorisant l’atteinte de l’autonomie. »
En d’autres termes, cela signifie que si vous voulez être le meilleur dans votre discipline, la condition physique ne sera pas l’unique compétence à travailler. Bien sûr, la technique est importante, tout comme la tactique à employer, mais pour augmenter votre capacité de performance et évoluer de façon positive, il faudra également entraîner votre mental, en l’associant à la méthodologie.

Les composantes de la performance

À qui la préparation mentale s’adresse-t-elle ?

La préparation mentale n’est pas uniquement réservée à une catégorie de personnes. Elle est utile à tous, quel que soit le domaine d’activité (sportif, professionnel, personnel) :

  • un sportif désireux de gagner en performance ;
  • un professionnel qui souhaite monter son entreprise ;
  • un employé qui doit parler en public ;
  • etc.

La préparation mentale est d’ailleurs souvent confrontée à bon nombre d’idées reçues qui entachent sa réputation. Heureusement, de nombreux pays ont compris depuis bien longtemps, quels étaient ses bienfaits, et l’ont intégrée dans leurs routines d’entraînement, pour des sportifs de haut niveau, par exemple.

Croire en l’efficacité de la préparation mentale

« Ceux qui la pratiquent sont faibles. », « Il faut y croire pour que ça marche. », « Ceux qui l’appliquent sont un peu comme des gourous. », etc., etc. Si vous êtes confrontés à ce genre de remarques, vous pouvez avancer plusieurs arguments qui laisseront votre interlocuteur sur le carreau, en lui fournissant des exemples concrets.
On ne parle pas de gourous, mais de diplômés en psychologie du sport, ce qui n’est pas franchement la même chose. Les consultants en psychologie du sport ont un diplôme de Doctorat et ont suivi de nombreux cours et formations pratiques. Nous sommes bien loin de l’image d’une secte.
Pensez-vous vraiment que Laure Manaudou était faible lorsqu’elle a remporté toutes ses médailles ? Non, évidemment. Comme elle l’a dit elle-même : « Je n’adorais pas nager, par contre, j’aimais gagner ». Elle disposait d’une force mentale incroyable qui l’a hissée vers le haut et fait d’elle une championne.

Je n’adorais pas nager, par contre, j’aimais gagner.

Laure Manaudou


Pour les nostalgiques de la Coupe du monde de football, croyez-vous qu’Aimé Jacquet était une sorte de gourou ? Encore une fois, non ! Il a su s’entourer d’une équipe forte, consultants, psychologues, kinésithérapeutes, etc., et insuffler à ses hommes l’esprit d’équipe et un mental suffisamment puissant pour les mener à la victoire. Même chose 20 ans plus tard, en 2018, avec Didier Deschamps. Intervenir sur le collectif, proposer des techniques, des tactiques. Renforcer la combativité et la communication. C’est une véritable stratégie qu’il faut mettre en place pour toucher au but que l’on s’est fixé.

Pourquoi faire de la préparation mentale ?

L’objectif de la préparation mentale est multiple et extrêmement positif. Cela permet de :

  • gérer son stress : en le maîtrisant mieux, on appréhende nettement moins les situations ;
  • augmenter la confiance en soi, et donc dégager des ondes positives ;
  • se fixer des objectifs, et se donner les moyens de les atteindre ;
  • développer le leadership, et mener son équipe au plus haut niveau ;
  • développer l’habileté mentale ;
  • développer la motivation ;
  • renforcer la cohésion de groupe, car ensemble, on est plus fort ;
  • améliorer la communication au sein de l’équipe ou la communication de l’entraîneur.

Tout comme vous allez préparer votre physique, il faudra éduquer l’aspect psychologique en entraînant votre mental. Gérer son stress, conserver votre motivation, ou encore accepter la douleur ou la pénibilité, est possible. Il suffit de bien s’y préparer.

Comment faire pour travailler son mental ?

Pour éviter d’avoir rapidement le moral en berne et être tenté de capituler trop vite, il faut toujours que vous gardiez en ligne de mire votre objectif. Si vous avez conscience de votre état de fatigue ou bien de douleur, cela vous permettra de réagir rapidement et de vite reprendre le dessus.

Accepter

Accepter est l’une des clés, car l’acceptation est un pas supplémentaire vers la réussite. En ayant préalablement entraîné votre mental à trouver les solutions pour surpasser ce moment, vous pouvez déplacer des montagnes. Grâce à votre mémoire, vous savez qu’il existe une solution puisque vous avez déjà expérimenté la situation. Par exemple, pensez à des exercices ou à des compétitions similaires, que vous aviez remportés avec succès. Ayez confiance en vous. Si vous êtes là, c’est que vous vous êtes bien préparé et que vous êtes disposé à aller jusqu’au bout de l’effort. Pour réussir, il faut absolument se raccrocher aux sensations positives.

Se concentrer

Chaque athlète a sa propre façon de rester concentrer, quelle que soit la discipline. Si vous regardez l’arrivée des nageurs avant leur compétition de natation, vous pouvez observer que certains ont des casques sur les oreilles pour écouter de la musique, d’autres affichent un visage fermé, d’autres encore, semblent portés par la ferveur de leur public. Même chose sur la ligne de départ d’une course d’athlétisme. Alors qu’Usain Bolt affiche une décontraction déconcertante et assure le show, certains de ses adversaires restent le regard fixé sur la ligne d’arrivée, hermétiques aux bruits environnants.

metabolik montpellier
Préparation mentale : concentration optimale

Anticiper

L’anticipation est également une excellente technique. Pensez, par exemple, aux slalomeurs qui, lors de compétition, vont graver dans leur mémoire, leur passage en compétition et les étapes qu’ils vont devoir franchir. Savoir ce qui les attend, être plus à l’aise jusqu’à l’instant T, l’instant de vérité. Ils auront repéré à l’entraînement, l’emplacement des bosses ou autres obstacles sur leur parcours. Même constat dans les sports de combat. Si un athlète fait telle ou telle prise, c’est parce qu’il aura anticipé celle de son adversaire, et saura comment la contrer.

La préparation mentale en compétition

Lors d’une compétition en musculation, on sait que l’on va être confronté à un stress bien particulier. Il faut avoir fait un énorme travail en amont pour arriver, fin prêt, le jour J. Je prends souvent l’exemple des épreuves des Jeux olympiques, mais cela vaut aussi pour toutes les compétitions. Lors des J.O., en tant que compétition mondialement diffusée, on peut assister, en tant que spectateur, aux exploits comme aux échecs, d’hommes et de femmes qui ont tant travaillé en l’attente de ce jour. Ce jour, qui sera pour certains celui de la consécration, et pour d’autres, celui de la désillusion. Pour vous aider, plusieurs tactiques peuvent être adoptées.

Évacuer les pensées négatives

Les pensées négatives doivent être surmontées et évacuées pour gagner. Stress, peur des blessures et de l’échec, manque de confiance, pression (du public, des coachs, des arbitres, etc.) : autant de paramètres qui joueront sur la réussite potentielle. Toutes ces pensées affaiblissent l’athlète, le font douter ou hésiter, ce qui aura un impact sur la prise de décision. Pour les balayer d’un revers de la main, il existe heureusement quelques techniques : utiliser des mots ou phrases-clés, contrôler sa respiration, visualiser.

Utiliser des mots ou phrases-clés

Que cela soit juste des mots ou des phrases courtes, elles doivent être percutantes et positives. Par exemple, « rapide », « agile », « focus », « je me sens bien », « j’ai confiance en moi », etc. Un peu comme la méthode Coué, qui consiste à encrer des pensées positives dans nos esprits, en se répétant une vingtaine de fois des phrases valorisantes pour qu’elles fassent leur chemin dans notre inconscient.

Visualiser

Utilisée par 95 % des athlètes olympiques, la technique de la visualisation permet de visualiser mentalement son sport. Roger Federer explique « avant de jouer un match, je me vois jouer des points typiquement adaptés au style de mon adversaire. Cela m’aide à me préparer mentalement et en allant sur le terrain, j’ai l’impression d’avoir déjà joué. » Même technique pour Tiger Woods « avant chaque coup, je visualise avec la caméra que j’ai dans ma tête… C’est une clé pour ma concentration et l’approche positive de chaque coup… ».

La technique de la visualisation est également très utile pour les sportifs blessés qui ne peuvent pas s’entraîner. Visualiser, c’est faire naître des images dans son esprit. C’est également ce que font les bobeurs (athlètes qui pratiquent le bobsleigh) ou encore les perchistes, car leur discipline requiert un effort physique violent ou intense, qui fatigue énormément. Le mental vient en renfort du corps et applique une autre forme d’entraînement, tout aussi important.

Ma préparation mentale en musculation

En musculation, comme dans beaucoup d’autres disciplines, la présentation de notre physique ne dure que quelques minutes. Dans les coulisses ou derrière le rideau, vous attendez que votre nom soit annoncé pour monter sur scène. Vous savez que votre prestation devant les juges doit être impeccable si vous voulez vous démarquer de vos adversaires.

Ma mise en condition

Elle commence bien en amont de la compétition. Ceux qui me suivent, savent que les mois qui la précèdent, je m’impose une diète millimétrée et un entraînement bien spécifique à mon objectif. Ma concentration est optimale et je travaille énormément ma chorégraphie. L’ennemi à combattre est avant tout le stress. Si vous vous laissez envahir, le risque est de faire de la rétention d’eau, et par conséquent, votre physique pourrait se voiler. La définition de vos muscles serait moins prononcée, et du coup, vous perdriez des points vis-à-vis de vos concurrents.

Ma tactique le jour J

Ma méthode pourrait tient en 3 points :

  • rester positif ;
  • rester concentré ;
  • prendre du plaisir.

Avant et pendant mon passage, je suis focus sur mon posing. Je visualise en boucle l’enchaînement de mes poses, et cela m’aide à rester concentré et positif. Ma nature optimiste est un grand soutien pour mon état d’esprit combatif. Je vise la victoire en donnant le meilleur de moi-même. Je prends également beaucoup de plaisir pendant ces quelques minutes sur scène. Pour sourire le plus naturellement possible, face à des juges impartiaux, je me remémore des moments de joies intenses pour ne laisser transparaître qu’une émotion positive.

Vous l’aurez donc compris, avoir un mental de sportif est aussi important que d’entretenir ou de préparer son physique. Lors du stress de la compétition, le côté négatif aura tendance à vouloir envahir l’espace. Il faudra vous concentrer sur le mental, pour que le cerveau soit réceptif au message : je pense positif, mon cerveau envoie ce message de bonnes dispositions. Je suis alors prêt pour ma compétition. Ayez confiance en vous. L’auto-motivation intérieure est grandement facilitée par la passion que l’on ressent. Persévérer en étant déterminé, se satisfaire d’aller jusqu’au bout, vous forgera un caractère plus combatif et vous aidera à surmonter les épreuves. Sans être un compétiteur, si votre objectif est de changer votre corps, vous serez amené à la même réflexion qu’un sportif de haut niveau, et la préparation mentale vous aidera grandement.

Articles complémentaires :

Comment rester motivé en musculation ?

Tout savoir sur les compétitions de bodybuilding

Partager sur :

Sur le meme sujet que : PRÉPARATION MENTALE : QUELLE VALEUR AJOUTÉE POUR UN SPORTIF

4 Commentaires

  1. Super article, c’est vraiment un domaine négligé et pourtant essentiel. Dans le sport de haut niveau ils l’ont bien compris. Il faut que je travaille sur ce point

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *