JULIEN QUAGLIERINI - IFBB PRO - COACH SPORTIF EN LIGNE - SUIVI PERSONNALISÉ

La bigorexie : la dépendance au sport

avril 24, 2019
La bigorexie : la dépendance au sport

Découvrez la bigorexie

Le terme bigorexie est un mot que bon nombre de personnes n’ont jamais entendu. Par contre, l’alcoolisme, la boulimie ou encore le tabagisme sont des mots que tout le monde connaît. La bigorexie en est de même, c’est la dépendance aux exercices physiques. Il existe des individus qui ont cette addiction avec le sport, ils ont toujours besoin de se dépenser tous les jours. Quelques informations supplémentaires à ce sujet.

Qu’est-ce que la bigorexie ?

bigorexie définition

La bigorexie est une maladie dont certains sportifs amateurs ou professionnels souffrent. Elle peut porter atteinte à la santé selon l’organisation mondiale de la santé. Elle devient dangereuse lorsque le besoin de pratiquer des exercices sportifs devient impulsif et sans limites pour le sportif.

Certes, tous les sportifs de haut niveau ou ceux qui veulent atteindre un certain niveau doivent s’entraîner quotidiennement. Mais quand les activités dépassent les temps nécessaires pour l’entraînement de tous les jours, il existe un risque grave sur la santé physique et mentale de la personne. En effet, une telle addiction à toujours vouloir se dépenser peut cacher un trouble psychique important.

La bigorexie est une véritable addiction comportementale tout comme l’addiction au jeu, à la nourriture, au travail et bien d’autres encore. Le mot « sportoolism » est de plus en plus utilisé pour indiquer ce même mal qui touche les passionnés du sport. Ces derniers en général ne se rendent pas compte de leurs états jusqu’à ce qu’ils leur arrivent des incidents de santé.

Quand le sport rime avec addiction

accro au sportÀ la base, le sport est considéré comme une activité qui doit procurer du plaisir. En tout cas, les sportifs du dimanche et les amateurs d’un sport sont du même avis. Le sport est une passion faite pour améliorer la santé et le bien-être. Toutefois, ce n’est pas toujours le cas quand la personne devient un professionnel. Les entraînements s’enchaînent, les limites se dépassent pour atteindre un meilleur record.

Les personnes qui souffrent de la bigorexie ont toujours ce besoin de se dépasser. Elles abandonnent la notion du plaisir et se mettent à augmenter leur dose d’activités physiques au fil des jours. De plus, elles trouvent que leur corps supporte les exercices et ne se soucient pas du reste. La bigorexie concerne surtout les sports comme le culturisme et ceux qui ont besoin d’endurance physique.

La réalité s’avère être semblable à toutes les addictions connues. L’individu perd le contrôle des limites et s’enfonce dans une culture de suractivité. Et si le sportif arrête les activités physiques quotidiennes excessives, il présente des symptômes de manque. Il sera en effet sujet à la dépression notamment la tristesse, l’anxiété ou encore l’irritabilité. Par ailleurs, cette maladie est dangereuse pour la santé du sportif. Elle peut entraîner de graves blessures à force de s’entrainer sans relâche et d’autres risques plus grand comme le surentrainement. et même avoir recours au dopage.

Quelles sont les causes de la bigorexie ?

L’organisation mondiale de la santé a reconnu la bigorexie comme une maladie en 2011. Par ailleurs, elle ne définit pas les causes précises de l’apparition de l’addiction au sport. Mais comme toutes les autres addictions anciennes ou nouvelles qui atteignent la population, les raisons sont souvent d’ordre psychologique et physique.

Le sport et la musculation sont normalement indiqués pour prendre soin de son corps et de sa santé. De plus, il procure un certain plaisir à celui qui le pratique à bon escient. Les personnes qui présentent une souffrance psychologique utilisent cette recherche de plaisir pour masquer un mal-être. Les pensées et les problèmes non gérés peuvent être des causes directes de la bigorexie.

Le sportif à la recherche de la sensation de plaisir et de la satisfaction personnelle à regarder le développement de son corps peut être sujet à la bigorexie. De plus, la pathologie étant encore peu connue, l’entourage ne se doute de rien quand la personne dépasse les limites ou peut passer à côté. Cependant, les dangers que cause une addiction au sport sont bien réels et peuvent nuire gravement à son organisme.

Comment reconnaître les symptômes ?

dépendance au sportComme la bigorexie est une maladie récente et peu populaire, les experts n’ont pas encore diffusé les symptômes exacts. Toutefois, ils parlent de comportements suspects pour ceux qui sont atteints de cette dépendance au sport. De plus, il est difficile de limiter les heures d’entraînements pour ledit sport puisque chaque organisme ne réagit pas de la même façon.

Dans tous les cas, un individu qui a un comportement obsessionnel envers son corps et au développement de ses muscles peut être un signe alarmant pour l’entourage. Et si ce comportement est accompagné d’un changement de mode de vie notamment l’arrêt d’un travail ou la séparation avec un conjoint, on peut se poser la question.

Voici d’autres comportements et signes qui peuvent nous mettre la puce à l’oreille.

Si le pratiquant parait dépressif, ou qu’il a des troubles de sommeil.

Vous décelez un trouble du comportement chez cette personne accompagné d’une hyperactivité.

Enfin, si par exemple, un pratiquant de musculation dépasse la moyenne de temps d’entrainement de 1 h 30 Voire si il fait 2 entrainements intenses par jour comme une pulsion. Qu’il ne s’autorise aucun jour de repos ni dans la semaine ni même dans l’année alors la bigorexie peut être avérée.

Le plaisir de faire du sport disparait et laisse place à un besoin nécessaire comme pour avoir sa dose.

Entre autres, le malade se réfugie dans les activités physiques intenses pour ne pas affronter les autres aspects conflictuels de sa vie. Il se coupe de sa vie sociale et se renferme sur lui même comme si personne ne le comprenait.

Sachez toutefois, comme toute addiction, que la bigorexie se soigne très bien du moment ou l’intéressé admet avoir un problème.

Comment guérir la bigorexie ?

Le seul moyen de prendre soin d’un sportif atteint de la bigorexie est avant tout la prise de conscience. Parfois, il arrive des incidents graves pour mettre la puce à l’oreille de la personne. Dans tous les cas, il existe des centres de soins spécialisés pour ce type de maladie notamment le Centre de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie.

Un médecin spécialisé dans le sport s’avère être aussi capable de traiter la bigorexie. Du moment que le sportif est conscient de son état et qu’il en parle, le traitement est une affaire de volonté. Il est important d’être assisté par un coach sportif lorsque le sport devient plus qu’une passion. À titre informatif, ce sont les sportifs de haut niveau qui sont les plus vulnérables à cette maladie.

Ils sont isolés du fait de leur mode de vie et les sentiments sont souvent mal gérés à cause d’un emploi du temps de militaire. Par ailleurs, les amateurs de culturisme ont un risque élevé de tomber dans ce genre de maladie. Ils doivent s’entraîner le plus souvent possible pour atteindre un objectif d’apparence. C’est pour cela que l’accompagnement d’un coach est toujours recommandé pour ce type de sport.

Sachez que si vous ne laissez pas le temps nécessaire de repos à votre corps, vous ne progresserez pas et risquerez le surentrainement.

Conclusion

La bigorexie peut être difficile à déceler. De plus, un des signes cités ci-dessus ne veut pas forcément dire que l’addiction sévère est là. Il est possible d’être tellement passionné par la musculation qu’elle prenne énormément de place dans notre quotidien. Et ce sans forcement se couper de sa vie sociale et d’autres plaisirs simples de la vie.

Comment choisir un bon coach en musculation

 


Autres articles à lire :

Le rôle des protéines en musculation

Prendre un pré workout est-il vraiment indispensable?

Musculation après 40 ans 

Les bienfaits de la musculation sur la santé

 

 

Leave a Comment

*Required fields Please validate the required fields

*

*